• selectedfinewords

Guerre froide et tralala


L'appel de l'espace

Will Eisner

Delcourt


C'est dense et ça file à 100 à l'heure.


Quand l'humanité reçoit ce qui semble être un message d'un intelligence extraterrestre, que la poignée de veules scientifiques l'ayant reçu le garde secret pour faire monter les enchères, travailler à l'avancement de leur carrière et à leur enrichissement personnel, que l'information fuite et que, loin d'unifier les peuples de la terre dans une ronde fraternelle pleine de sagesse civilisationnelle, exacerbe au contraire les tensions idéologiques bien finaudes du "nous" contre "eux" contre "les autres" de la petite ère glaciaire américano-soviétique... On fonce droit dans un tunnel narratif cahoteux bien riche en rebondissements que n'aurait renié les frères Cohen (si tant est qu'il y ait plus d'humour et moins de premier degré).


Héros brut et moralement impeccable, scientifiques moralement chamboulé, femme fatale, dictateur d'opérette opportuniste, agent secret, agent double, agent triple, agent provocateur, agent indéfinissable... n'en jetez plus ! Un cortège de personnages volontairement très clichés, parce qu'il ne faudrait pas gaspiller un temps précieux à faire des présentations quand on peut défiler des actions rocambolesques en vue de résoudre une histoire tout aussi abracadabrantesque.


C'est noir comme dans un bon polar, c'est sombre comme dans un bon roman d'espionnage, tous pourris et tous contre tous, mais ça sature par moment, aussi bien visuellement que textuellement.


Une BD à papa (ou du moins qu'on s'attend à trouver dans la bibliothèque de son père) avec un charme désuet de guerre froide, course à l'espace et fantasmes technologiques et idéologiques tout en bipolarité.


Plus divertissant qu'un James Bond, pour sûr.

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout