• Un_Riou

Et l'espoir ?


Seules à Berlin

Nicolas Juncker

Editions Casterman


Certains livres laissent de froides impressions et sentiments de nausée à leur lecture. Seules à Berlin s'inscrit dans cette catégorie.


La ligne est volontairement gauche et presque caricaturale servie par une bichromie assez cruelle, quelques fois rompue par un trait plus précis, plus réaliste suivi d'une explosion de couleurs... une mise en scène du climax qui participe à l'inimaginable horreur des situations vécues et souligne avec force son évocation. Et quand l'image ne parvient plus à contenir autant de violence et de haine, les écrits prennent le relais sous la forme de notes manuscrites, glaçantes, crues, sans espoir aucun.


La place des femmes dans la guerre, civiles comme militaires, qu'elles soient du côté des vaincus ou des vainqueurs est dépeinte d'une cruelle simplicité. La folie des hommes et les ravages de la haine n'ont jamais paru aussi absurdes et révoltants.


Le tout sur fond de farce cynique motivée par la course à la récupération politique de la mort d'Hitler, se vautrant dans l'absurde, le grotesque, l'envers d'une brutalité guerrière, primaire, déchaînée et d'horreurs en appelant d'autres.


Il y a mille sujets, mille thèmes abordés dans ces quelques pages, le mieux est encore d'aller les pécher par vous-même.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout