• selectedfinewords

Ecologie punko-destructo-récréative

Mis à jour : avr. 17


Petit traité d'écologie sauvage,

tome 3 : Mythopoïèse

Alessandro Pignocchi

Editions Steinkis


Ils sont rares les livres où on se poile et où l'on peut réfléchir. Les conversations des mésanges altermondialistes et pinsons pyromanes valent leur pesant de cacahuètes et leur diktat sur Manu, Angela et Don - parqués comme des animaux d'une ère passée - reste proprement jubilatoire.


Ce que j'aime dans ce genre d'ouvrage, outre l'humour ravageur et révolté au non sens qui va dans le bon sens, c'est qu'il sert d'introduction politique et sociale plus sérieuse et argumentée. Les carnets de fin aident beaucoup, avec quelques belles explications de la logique zadiste (mais qui ne sont en rien apaisés).


On peut donc se marrer en apprenant et faire fonctionner notre tête les pieds dans la terre sans béton sous les chaussures ou cravate autour du cou. Une petite fable écologique cathartique et de bon aloi.


Le contrepoint entre le dessin tout doux tout mimi et la violence du propos est un pur régal qui participe de beaucoup au décalage, à la distorsion, qui fait s'arquer les lèvres et trembler le menton.


Haters gonna hate, pour les autres, prenez le comme il se présente : un brûlot pas piqué des vers contre un système aux limites de plus en plus visibles et révoltantes. Drôle et sans prétention si tant est que vous êtes dans le bon état d'esprit.


Alors c'est un tome 3, je n'ai pas lu les deux précédents mais ça ne m'a en rien gâché ma lecture. J'imagine que la construction en suite de comicstrip plus ou moins liés dans un dynamique globale et thème général aident à instituer le tout comme autosuffisant (de la vraie permaculture ?).

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout